Pour saluer la mémoire d’un professeur traversé !!!

540

Partagez cet article

Il incarne le métier d’enseigner. Tellement il rend facile l’apprentissage. Il connaît le secret d’harmoniser les mots et les gestes, le savoir et la méthode sous le couvert de l’humour pour faire de chacune de ses séances un véritable spectacle de bon goût. Ce qui donne à ses cours un goût tout à fait particulier. Et ses trois heures de cours sont passées tellement vite.

Au-delà de sa disparition du monde sensible, il s’est immortalisé pour avoir laissé une partie de lui-même dans quasiment chacun de ses étudiants. Qui, de ses anciens étudiants, n’utilise pas de façon abusive le mot ” chef ” ? “Hey chef, aime-t-il scander !  Un mot qui a pris une dimension fétiche chez le feu professeur. Qui, de ses anciens étudiants, ne retient pas une de ses instructives blagues ?

Méthodique, un verbe tellement facile, méticuleux, précis dans le choix des concepts, riche en humour. Il a tout pour faire de ses cours une activité non ennuyeuse. Pour plus d’un, Il est en toute évidence une école. Un modèle à copier d’urgence. Il enseigne son savoir et sa personnalité.

Il s’est consacré dans l’éducation pour transformer des matériaux humains en de véritables hommes et des femmes. C’est à lui sa façon de planter et de s’immortaliser dans l’éternité. A la place des arbres il a planté des consciences et des âmes pour l’avenir.

Fort de cela, la mort ne lui aura aucune raison. Il la vaincra, à coup sûr, par la sauvegarde d’une double présence implicite et explicite dans la mémoire de tous ceux qui l’avaient pratiqué. Plus particulièrement ses anciens étudiants et collègues. Comme nous enseigne le vieil adage africain celui qui a planté un arbre (ou un homme et/ou une femme), avant de mourir n’a pas vécu inutilement. Car, l’homme est appelé à vivre à travers ses œuvres. Mourir, dit-on, n’existe que pour ceux qui n’ont pas vécu pour que la vie soit vécue. Aussi, affirme Bernie Siegel, la maladie et la mort ne sont pas des échecs, le seul échec, c’est de ne pas vivre.

Sa Traversée doit se faire en toute quiétude et paix professeur. Il doit s’en aller avec le meilleur des sentiments. Celui du devoir bien accompli. Bien plus, son nom est déjà écrit en lettre d’or dans le panthéon des grands hommes. Ceux qui ont apporté une pierre, autant que faire se peut, au projet de l’humanisation des rapports humains. Il va franchir les portes du cimetière aussi vivant qu’il a vécu sa vie. Et bien plus vivant que nombreux qui se sont déshumanisés dans l’œuvre effrontée de la cupidité, la corruption et dilapidation des biens collectifs. Il s’appelle MERAT, décédé le 30 juin 2020.

Il est donc de ceux, bien sûr, que la mort ne peut pas enterrer dans l’oubli éternel.  Et comme l’a si bien dit l’autre, le véritable tombeau des hommes réside dans la mémoire et le cœur.

Paix à ton âme professeur MERAT!

Sony LAUROLE, un ancien étudiant et collègue !

Jeudi 3 juillet 2020.

1 Comment

  1. […] Lire aussi sur notre site: Pour saluer la mémoire d’un professeur traversé !!! […]

Leave Comments