Zafèm, la nouvelle révélation de la musique haïtienne

Cover FB Zafem
610

Partagez cet article

Ce n’est plus une prophétie. Ce n’est plus un souhait ni même une promesse ou une attente. C’est un fait certain : la formation musicale a offert le vendredi 3 juillet 2020 un concert live (diffusé en direct sur les différentes plateformes: Facebook, Youtube,…) d’une grande facture aux nombreux amoureux de la musique. Ce jour-là, en levée de rizière, la formation musicale Zafèm a plongé le public qui le suit sur les réseaux sociaux dans une ambiance pleine d’entrain et de virtuosité. Avec des touches originales, bien ficelées et puisées de notre folklore, la bande à Dener Ceide et Réginald Cangé a pris son envol pour amener ses fans vers un plaisir passionnant, doublement partagé entre le public et le groupe. Avec des couleurs différentes ce groupe apporte quelque chose de nouveau au point de vue esthétique. Avec une musique de qualité Zafèm projette de révolutionner le compas direct de Nemours Jean-Baptiste.

En jouant en instrumental Mouchowoulo, chanson qui a connu un certain succès avec le Samba Eddy François, en introduction, le groupe annonce un menu de très bonne qualité. De plus, le son des violons, du saxophone, du trombone et de la trompette par des musiciens qui se respectent, ajoutés aux instruments de base (percussion, batterie, gong, piano, guitare) pour jouer le compas, le décor a été remarquablement bien planté pour offrir un spectacle de très bon gout. Mais, quelques minutes plus tard, une certaine coupure allait interrompre le plaisir annoncé. Malgré cela, le concert allait prendre l’allure qu’il devrait prendre.

Une musique d’engagement

Le concert de Zafèm ce n’était pas seulement de la bonne musique, c’était aussi l’occasion pour le célèbre guitariste Dener Céide de faire passer un message critique important. Ce dernier porte le discours contestataire en faveur des minorités noires qui continuent à être victimes du racisme, de l’injustice un peu partout à travers le monde. « Avant cette musique, je veux dire que je pense à nos frères et sœurs qui reçoivent des traitements bizarres partout dans le monde », clame Dener Ceide. Ainsi, il a fait scander la voix de Malcom X, l’un des défenseurs des causes des minorités noires. Par la suite, l’interprétation de Ayiti Zantray (1986) de Sidon Joseph et de Siwo Grenadin et Tezen (pièces tirées du folklore national) ont fait un beau délice. Il est à souligner que l’interprétation de Cowboy (1973), la chanson bande-annonce du journal de 4 P.M de la célèbre journaliste Liliane Pierre-Paul sur la radio Kiskeya, de Ibo Combo par Makarios Césaire et Dener Ceide à la guitare a été un moment fort.  

Depuis la sortie du vidéo-clip Savalou en octobre 2019, cette chanson captivante donne non seulement de l’éclat au groupe, mais aussi et surtout elle propose une nouvelle esthétique. Et, celle-ci laisse présager qu’il y a quelque chose de nouveau qui se passe, dépasse et surpasse le compact direct tant sur le plan du discours que sur le plan de la création. En général, la réalité socio-politique et économique a toujours été occultée dans les créations musicales à tendance compas. On aurait comme l’impression que le réel haïtien ne préoccupe guère les créateurs qui œuvrent dans ce champ musical. Avec Zafèm, cela tente d’être révolu. Si l’on considère le discours et la qualité de ses créations, il ne serait pas vain d’accepter que cette formation musicale offre une possibilité qui permettrait d’apprécier autrement le compas direct. Cette nouvelle orientation écarterait sans doute le carcan traditionnel de jouer ce rythme qui fait danser les mélomanes depuis 1955 et permettrait de dissiper les préjugés et les perceptions non adaptés sur celui-ci.

Capture d’écran du live du groupe Zafèm effectuée par LIH

Par sa singularité, le groupe Zafèm s’inscrit dans un lieu musical qui a la faculté de rassembler d’autres catégories rythmiques identiques à ce que nous sommes comme peuple qui a marqué l’histoire universelle. À ce titre, le groupe tient un discours qui honore la mémoire de nos ancêtres, leur bravoure et leur héroïsme. Il puise sa source dans la tradition culturelle locale pour renouer avec des valeurs qui s’effritent comme : les jeux traditionnels pour enfant comme patrimoine culturel immatériel de la nation. Dans ses créations, le groupe a fait certainement un choix esthétique qui peint la tristesse, l’amertume, le malheur et la misère abjecte qui rongent la société haïtienne depuis bien des temps. Le parti-pris en faveur des déshérité-e-s est bel et bien présent dans les œuvres tout en dénonçant les mauvaises gestions des ressources nationales.

De surcroit, le groupe Zafèm dénonce, dans une certaine mesure, la mainmise et l’ingérence de la communauté internationale dans les affaires internes du pays. Dans la même veine, il vénère la mémoire de nos ancêtres notamment Boukman, Makandal, Claire Heureuse, Dessalines, Guitonne etc. qui ont combattu pour la liberté et l’indépendance d’Haïti.

Un souffle nouveau dans la musique du monde

Il est d’une rareté exceptionnelle de voir un groupe de tendance compas direct s’investit dans de pareil modèle créatif. Depuis des lustres, le compas, dans la plupart des cas, est réduit à des simples expressions du genre : Leve 2 men anlè ou la description d’un modèle d’amour accentué sur la trivialité. L’œuvre de Zafèm laisse contempler un système de production et de création ouvert à tout style, tout rythme et tout message revendicatif qui consisterait à combler le vide qui existe dans la musique populaire de chez nous.

Même s’il n’a pas encore d’album à son actif, le groupe Zafèm possède déjà un champ musical florissant grâce aux expériences antérieures de ses deux instigateurs. L’orchestre détient un style propre, nouveau avec des particularités qu’aucun autre groupe de sa génération de tendance compas ne propose. La bande dirigée par Dener Ceide et Réginald Cangé, qui sont très connus pour leurs talents, leurs capacités et leur savoir-faire sur l’échiquier musical, annonce un avenir hors du commun. Ces deux icônes ont déjà prouvé leur aptitude qui leur a valu du respect auprès du public. 

De la poésie musicale    

D’un autre côté, la présence du poète André Fouad sur la scène a apporté une autre couleur au spectacle. Ce dernier en a profité pour rendre hommage à Georges Castra, Farah Martine Lhérisson, Toto Bissainthe, Martha Jean-Claude et j’en passe. Sans oublier, le show de tambour qui a été un autre moment remarquable dans le concert. Avec ces particularités, le groupe Zafèm a ramené la poésie dans le champ créatif du compas direct. Il a amené une énergie tout à fait différente qui donne une allure diversifiée et féerique à un spectacle émouvant. Que veux-tu faire avec le compas direct, Zafèm ? Question qui trouvera sans doute réponse avec le temps.

Enfin, qu’il importe de signaler qu’en Haïti, il n’y a pas que de la merde comme dirait l’autre. Il y a aussi de grands musiciens comme Dener, Makarios et Réginald. Merci à Zafèm et à tous les musiciens du groupe de nous avoir transmis leurs émotions, tendresses et sensibilités qui, grâce à leur talent, ont contribué à notre petit moment de bonheur dans cette période de désillusion. Quelle belle aventure ! Merci Zafèm pour le discours tenu sur la bataille de nos ancêtres. Merci pour l’énergie du tambour, pour la force de la poésie, pour l’enchainement du violon, pour la virtuosité de la voix et pour tout le charme de la soirée ! Merci encore d’avoir enchéri, rappelé et mis sur scène 1791 et 1804 ! Chapeau à vous !

En observant toute cette belle énergie, il urge de continuer à demander des comptes aux dilapidateurs des fonds publics. Car l’injustice, l’inégalité sociale et l’exploitation découlant de leurs actions entravent le bien-être, l’épanouissement et l’avenir des fils et filles de la nation. Haïti est un pays riche en potentiels et ressources culturels, il nécessite de les organiser pour qu’ils puissent contribuer au progrès social de notre terre montagneuse.

1 Comment

  1. Une plume passionnante qui explique une soirée passionnante. Il faut être aussi sensible et sensationnel que Zafèm pour nous faire vivre la vibration de cette soirée en mode LIVE après le show.
    Merci pour ce bel article!
    Zafèm, Zafèn!!!

Leave Comments