110 opposants graciés par Maduro en vue de promouvoir « la réconciliation nationale »

CP : John Zerpa – AFP
196

Partagez cet article

L’agence en ligne russe RT a rapporté que le vice-président sectoriel de la communication, du tourisme et de la culture du Venezuela, Jorge Rodríguez, a annoncé le lundi 31 août que le président Nicolás Maduro avait décidé d’accorder une série de grâces à 110 dirigeants de l’opposition vénézuélienne, afin de « promouvoir la réconciliation nationale et la recherche de la paix ».

23 députés principaux et 4 suppléants sont bénéficiaires de cette mesure qui entre en vigueur dès sa publication au Journal officiel contient une procédure judiciaire ouverte, a souligné l’agence.

Rodríguez a précisé que parmi les bénéficiaires de ce décret présidentiel figurent des députés de l’opposition reconnus tels que Freddy Guevara, Freddy Superlano, Tomás Guanipa, Miguel Pizarro, Américo de Grazia, Simón Calzadilla et Henry Ramos Allup, dont l’immunité parlementaire avait été levée.

Sur la liste se trouvent des politiciens qui sont en dehors du Venezuela mais avec des processus judiciaires ouverts dans le pays, et d’autres qui sont privés de liberté, comme les députés Gilber Caro et Renzo Prieto.

« Le vice-président exécutif, le ministre du Service pénitentiaire et le ministre des Relations internes de Justice et Paix, sont chargés de l’exécution de ce décret », a ratifié Rodríguez, poursuit la RT.

La grâce ne conditionne pas les bénéficiaires à participer aux élections législatives du 6 décembre. « La participation est leur décision », a déclaré Rodríguez, cependant, il a rappelé qu’il y a une prolongation déterminée par le Conseil national électoral (CNE) et que c’est « une excellente occasion » de garantir une large participation des partis politiques et des groupes d’électeurs.

De même, Rodríguez a souligné que la mesure, proposée par la Commission vérité, justice et paix, vise à « ouvrir des voies à l’action politique » dans le cadre de la Constitution du Venezuela et du système juridique actuel.

Le vice-président sectoriel a estimé « qu’il est temps pour le syndicat national de faire face au blocus criminel » des États-Unis et de « la pandémie de coronavirus », à travers une « coexistence pacifique » et la résolution des controverses, par « des moyens constitutionnels, électoraux et pacifiques ».

Rodríguez a ajouté, enfin, que le pouvoir exécutif national « continuera à adopter toutes les mesures nécessaires pour renforcer la démocratie ». En ce sens, il a rappelé que le président Maduro a lancé plus de 600 appels en faveur d’un « dialogue constructif » avec tous les secteurs de la vie politique, sociale et économique au Venezuela, conclut la dépêche de RT.

CP : John Zerpa – AFP

Leave Comments